Google Translate

Guestbook - Livre d'or

insignes - 2rep
    

Repose en paix Roro

 

 

 

 

Le webmaster de ce site n'est plus parmi nous. Patrick Rozes, dit El Roro ou Rosy Guy nous a quité a l'age de 73 ans vaincu par un cancer.

Son site, sa fierté, restera comme un témoignage unique dans le temps.

Repose en paix, Roro

1943-2016

 

 

 
 
 
 
   Ce site est «non officiel», personnel,indépendant de tous les organismes "officiels" de la Légion Étrangère,de toute "Fédération" ,ou de toute "Amicale d’Anciens Légionnaires".
   

Le site vous offre un historique complet du 2eme REP,conçu au plus près dans la «Tradition» des Régiments Étrangers de Parachutistes.
Le Site des Anciens Légionnaires Parachutistes est en accès libre sans que vous soyez obligés de vous enregistrer, et traduit par Google dans toutes les langues .
The Forum is Free to all internet users . It is now translaled into all languages by Google Translate.

 
 
 
 

     

 

Que ce site du 2eme REP unisse tous les Anciens Légionnaires Parachutistes. La Communauté Légionnaire est une et indivisible quelque soit son appartenance a tel ou tel Régiment. Que ce site soit ouvert a tous les Anciens Legionnaires de l’Infanterie,de la Cavalerie,ou du Génie Légion. Puissiez vous y retrouver vos camarades perdus de vue, ceux qui n’ont jamais donné de leurs nouvelles, habitant aux quatre coins du monde.
      Les Légionnaires du 2eme REP ignorent les frontières. Une grande partie d’entre nous ont préféré garder le silence et enfouir leur passé d’Ancien Légionnaire. Je les comprends, je suis resté moi-même discret et avare de mon passé d’Ancien Légionnaire pendant 20 ans.Jusqu a ce que j'éprouve le désir de faire un livre de 38 chapitres et de faire ce site internet sur le Para Legion. Le passé remonte quelquefois a la surface des ténèbres ou on l’avait soigneusement enfoui. Avec l’age les souvenirs du passé remontent et l’on éprouve quelquefois le désir de renouer avec ses anciens camarades Légionnaires, son Regiment, sa Compagnie d’origine celle que l’on n’oublie jamais. Que les internautes de passage y trouvent l’historique des Bataillons et des Régiments Etrangers de Parachutistes , 1er BEP , 2me BE P, 1er REP et 2me REP ,les Régiments fer de lance, des troupes Aéroportées de la Légion Etrangère. La troisième dimension.
      Vous découvrirez ce que vous savez peut-être déjà du 2eme REP , ou vous allez découvrir pour les plus jeunes, une Communauté Légionnaire que vous ne connaissiez pas,ou mal. Cette Communauté des Légionnaires Parachutistes a payé un lourd tribut. Elle a été sacrifiée maintes et maintes fois dans l’indifférence générale des responsables politiques et de l’opinion publique qui ne se souciait guère de son sacrifice, ou qui l’ignorait et qui l’ignore encore.
Legionnaire 2

      Après avoir parcouru les champs de bataille d'une Europe bombardée, incendiée, martyrisée, et usé la semelle de leurs brodequins en Russie, Pologne,France et Italie ils sont arrivés un jour a Marseille au Bas Fort Saint-Nicolas, le ventre creux sans papiers, n'ayant pas mangé depuis des jours, fatigués, déja vieillis, par la campagne de France, ou celle de Russie.
Ils étaient jeunes, mais leur regard était déja celui d'hommes prématurément vieillis. La Légion ne leur a pas trop demandé d'ou ils venaient, ni dans quelle armée ils avaient servi,ni le nom des champs de bataille qu'ils avaient parcourus. On les a nourris, on les a habillés d'un vilain treillis, refilé un vieux calot et une redingote, on les a chaussé de vieux brodequins qui avaient deja servi, et puis il ont embarqué sur un vieux bateau, a fond de cale, en direction de l'Indochine ou de l'Algérie. Pendant la traversée ils se sont regroupés par nationalité et ont chanté dans leurs langues maternelles, avec leurs camarades pour évacuer l' angoisse de leur nouvelle vie.
Le lendemain ils ont accosté dans la baie d'Oran, et leurs yeux fatigués ont commencé a s'éclaircir a la vue du paysage sauvage qu'ils découvraient pour la première fois .
Ils étaient Allemands, Espagnols, Italiens, Portugais, Yougoslaves, Belges.

      Legionnaire 3A l'issue de ce long et interminable apprentissage, ils ont quitté Siddi-Bel Abbès pour le camp de Nouvion dans l'Oranais, antichambre du  départ vers l'Indochine, et puis après un court séjour un vieux bateau 'le Pasteur', a nouveau le fond des cales, la paille comme paillasse, et puis une traversée interminable, le canal de Suez et enfin l'Indochine.
La mutation dans un régiment, le petit poste dans la rizière, et puis la guerre a laquelle on les avait préparés, perdus au fond d'une vallée, et dans une Indochine a la douceur proverbiale, soudain les déluges de feu, l'horreur des combats, les embuscades,, les drames de la RC 4 , de Dien Bien Phu et de biens d'autres combats, les camarades disparus ou atrocement mutilés, pour finir dans l'humiliation, prisonniers du vietminh, la réeducation vietminh, a nouveau la faim, la soif, les maladies et enfin après toutes ces années les accords de Genêve et le retour vers la maison mêre Siddi-Bel-Abbès ou d'autres garnisons dans l'immensité de l'Algérie qui leur ouvrait les bras .
Ils sont partis nombreux mais bon nombre d'entre eux ne sont pas revenus . Une simple croix de bois,un matricule, un nom qui n'était pas le bon, et puis l'oubli des politiques et d'une métropole qui ne se souvient pas, qui ne se souvient plus...
      La Légion Etrangère, elle n'oublie pas, n'oublie jamais ses morts et leur sacrifice . Une des premières choses que l'on apprend a la Légion est le 'culte des Anciens' qui nous ont précédé et le souvenir de ceux qui ont disparus .Français, non par le sang reçu mais par "le sang versé".
Ils venaient d'un pays dirigé par un dictateur,c'étaient des réfugiés politiques, eux aussi découvraient un monde étrange qui ne leur était pas familier,les quais du port d'Oran,le 'petit dépot' de la Légion Etrangère, un soleil de plomb, les femmes voilées la casbah d'Oran, la vierge de Santa-Cruz et la lumière de cette étrange Algérie qui allait leur coller désormais a la peau.

Legionnaire 4      On leur a donné un casse-croute, et au coup de sifflet on les a embarqués dans des camions, ou mis dans le train qui s'appelait 'la rafale' direction Siddi-Bel-Abbès, la ville de la Légion Etrangère.Ils ont oublié leur nom de famille, on leur en a donné un nouveau, un numéro matricule et cette nouvelle identité a provisoirement effacé leur passé.
Pendant des mois on leur appris le 'rudiment des armes', la langue française et a oubier la 'fatigue du corps ',on leur a appris a devenir des Légionnaires .
Ils ont vite oublié leurpassé, leurs mauvais souvenirs, le rhytme de l'instruction étant une merveilleuse éponge.... a effacer le passé. Ils ont appris a coiffer leur 'képi',soigner leur tenue, et même a devenir élégants, charmeurs, séducteurs ... Ils ont appris la "Tradition", l'ordre , la discipline, la 'rigueur militaire', le respect de leurs supérieurs, et ont retrouvé leur confiance qui les avait abandonné. Leur buste s'est redressé, leur regard s'est éclairçi, ils étaient devenus fiers d'être des Légionnaires, eux qui quelques mois auparavant avaient débarqué a Marseille le ventre creux, vétus d'oripaux,une vieille valise a la main et des mauvais souvenirs plein la tête. Avec beaucoup de sacrifices, de fatigue, de manque de sommeil La Légion en a fait en quelques mois des Légionnaires . Ces hommes sans Patrie, sans racines, sans espérance avaient retrouvé, une nouvelle famille et un seul désir, le désir de 'servir' la Légion Etrangère ,leur nouvelle patrie, leur nouvelle famille qui les avait accueillis.

Legionnaire 5Regiments Etrangers Parachutistes

Les premiers coups de feu, soulêvements, massacres,exactions, embuscades,mutilations, du FLN en Algérie les ont a nouveau plongé dans une autre tragédie qui allait durer 7 ans. Sept ans de traque,de fatigue, sept ans de guérilla, de fatigue de faim,de soif,de froid ou de chaleur écrasante, a crapahuter dans les Aurès, en Kabylie, dans les Nemenchtas et enfin un peu plus de 6 ans après la récompense d'une victoire militaire gagnée sur le terrain .Une nouvelle tragédie celle du pustch d'Alger,qui défendait une certaine conception de l'Algérie, et enfin la reconnaissance de l'indépendance de l'Algérie malgré les promesses faites a des Légionnaires qui depuis 1831 avaient bâti leur propre empire sur le sol Algérien .Usés par ces deux guerres, les Légionnaires ont pris leur retraite, sans bruit, se sont installés en France dans un petit village, dans votre ville, et modestement, ont fondé une famille, élevé leurs enfants et se sont intégrés a la population, souvent dans le Sud de la France comme pour rester plus près de la 'maison mère' qui au lieu de s'appeler du nom évocateur de Siddi-Bel-Abbes s'appelle désormais du nom d'Aubagne, gardienne de la Tradition.Ces Légionnaires sont discrets, on ne les entend pas, ils ne revendiquent rien, ils pansent leurs blessures, évoquent modestement leurs souvenirs mais non leurs faits d'armes et s'en iront un jour vers un paradis lointain le "Paradis des Anciens Légionnaires-Parachutistes" qu'ils ont amplement mérité. Ce site est un devoir de mémoire dédié au sacrifice des Anciens issus des Régiments Etrangers de ParachutistesUn devoir de mémoire a tous ces Etrangers au service de la France et de l'Armée d'Afrique.

Légio Patria Nostra